法语辅导热招
您的位置:外语教育网 > 法语 > 法语学习 > 法语阅读 > 正文

法语阅读:sex and the city (2)

2007-03-06 09:57   来源:沪江论坛       我要纠错 | 打印 | 收藏 | | |

  Baise torride ? Pas vraiment

  Tout a commencé comme d’habitude, c’est-à-dire plutôt innocemment. Seule chez moi, je déjeunais sagement de crackers et de sardines quand j’ai été interrompue par la sonnerie du téléphone. Mon interlocuteur m’explique qu’un des rencontres exclusivement réservé aux couples, et qu’il en est revenu stupéfait. Complètement renversé. Il a vu de ses propres yeux des gens nus en train de copuler. Contrairement aux clubs sado-maso, où on ne va jamais jusqu’aux rapports, là, c’était torride, et en direct. La copine du type en question avait plutôt les boules... et pourtant, quand une autre femme nue l’a effleurée, ça ne lui a « pas déplu ». D’après lui.

  En fait, le type s’était tellement entiché de ce club qu’il ne voulait pas que je fasse un article dessus, de peur que, comme tous les endroits bien de New York, il pâtisse de trop de publicité.

  Je me suis mise à imaginer toutes sortes de choses : de magnifiques jeunes couples au corps musclés. Des attouchements timides. Des filles aux longs cheveux blonds ondulés, couronnées de feuilles de vigne. Des garçon à la dentition parfaite ceints de pagnes de feuilles de vigne. Moi, vêtue d’une mini-robe style moi-Tarzan-toi-Jane, faite de feuilles entrelacées. Nous entrerions tout habillés et ressortirions frappés par l’illumination.

  Le répondeur du club m’a ramenée durement à la réalité.

  « Au Trapeze, il n’y a pas d’inconnus. Il n’a que des amis qui attendent que vous les découvriez », a fait une voix ni mâle ni femelle, en ajoutant que nous trouverions « un bar sans alcool et un buffet chaud et froid », autant de choses que je n’associe pas spontanément à la nudité ou à la baise. A l’occasion de Thanksgiving, une « soirée orientale » était organisée le 19 novembre. ça m’a paru intéressant, mais, en fait, la soirée n’avait d’oriental que la nourriture, pas les gens.

  J’aurais dû abandonner le projet à ce moment-là. Je n’aurais jamais dû prêter l’oreille aux histoires épouvantablement salaces de Sallie Tisdale, dont le livre porno pour jeunes cadres new-jorkais branchés, Talk Dirty to Me, vante les mérites des parties fines avec des inconnus : « Un tabou au sens propre du teme... Si les clubs porno se mettent à jouer le rôle pour lequel ils sont faits, alors il y aura des glissements. Oui, l’événement tant redouté, l’effritement des limites, se produira... La désintégration du centre des choses. » J’aurais dû me demander . Qu’est-ce que ça a de si amusant ?

  Mais il fallait que je me fasse ma propre opinion. C’est comme ça que, pour le même soir, un mercredi, deux rendeé-vous étaient inscrits dans mon agenda : 21 heures, dîner en l’honneur du couturier Karl Lagerfeld, Bowery Bar ; 23 h 30, Le Trapeze, 27e Rue Est.

  Femmes bordéliques et chaussettes montantes

  Apparemment, tout le monde aime parler cul ; le dîner Karl Lagerfeld, où se pressaient top models et rédacteurs de mode --- qui étaient là grâce à leurs frais de représentation --- , ne faisait pas exception. Je dirais même qu’enbout de table, où je me trouvais, c’était la folie. Une fille d’une beauté fracassante, une brune aux cheveux frisés, blasée comme seuls savent l’être les jeunes de vingt ans, prétendait aimer passer ses soirées dans les bars topless, mais seulement les bars « louches, comme le Billy’s Topless », parce que les filles y sont « authentiques ».

  Ensuite, tout le monde s’est accordé pour dire que les petits seins, c’est mieux que les faux, et on a procédé à un sondage : qui, parmi les hommes de la tablée, avait déjà été avec une femme implantée ? Personne n’a osé répondre oui, mais un homme, un artiste d’environ trente-vingt ans, a nié avec moins de conviction que les autres. « Vous ! l’a accusé un autre convive, un hôtelier très en vogue avec une tête de chérubin. Et le pire, c’est que ça... vous... a... plu.

  ---Non, a protesté l’artiste. Mais ça ne m’a pas dérangé. »

  Le premier plat est arrivé à point nommé, les verres se sont remplis.

  Round suivant : Les femmes bordéliques sont-elles meilleures au lit que les autres ? L’hôtelier s’était fait une théorie : « Si vous entrez chez une femme et que vous voyez tout bien à sa place, vous pouvez être sûr qu’elle ne sera pas du genre à passer la journée au lit et à faire monter de la cuisine chinoise. Elle va vous obliger à vous lever et à manger des toasts assis à la table de la cuisine. »

  Je ne savais pas trop quoi en penser, parce que je suis, littéralement, la personne la plus bordélique que la terre ait jamais portée. Au moment où j’écris, j’ai probablement plusieurs vieilles barquettes de Poulet Spécial de chez General Tso sous mon lit. Malheureusement, je les ai toutes mangées seule. Autant pour sa théorie.

  Plat suivant, des entrecôtes. « Moi, ce qui me fait complètement craquer, dit l’artiste, c’est une fille en jupe écossaise et chaussette montantes. Ca m’empêche de travailler pendant une journée entière.

  --- Non, le contre l’hôtelier. La pire, c’est quand vous suivez une femme dans la rue ; à un moment, elle se retourne, et là vous voyez qu’elle est aussi belle que vous l’imaginez. Elle représente alors tout ce que vous n’aurez jamais »
L’artiste se penche en avant. « une fois, j’ai été incapable de travailler pendant cinq ans à cause d’une femme », dit-il.

  Silence. Voilà qui cloue le bec à toute l’assemblée.

  La mousse au chocolat arrive et , avec elle, l’heure de mon rendez-vous au Trapeze. Puisque ce club n’accepte que des couples --- hétérosexuels, s’entend ---, j’ai demandé à mon plus récent ex-petit ami, Sam, un banquier d’affaires, de m’accompagner. Sam est un bon choix pour plusieurs raisons : premièrement, il est le seul que j’aie réussi à persuader. Deuxièmement, il a déjà fait ce genre d’expérience. Dans une autre vie, il est allé à Plato’s Retreat. Là, une inconnue s’est avancée vers lui et a sorti son sexe de son slip. La petite amie de Sam, de qui venait l’idée de cette soirée chez Plato, a quitté le club en hurlant.

  Inévitablement, on en vient à se demander quel genre de gens fréquentent les clubs de rencontres. Apparemment, je suis la seule à n’en avoir aucune idée. Même si personne n’y a jamis mis les pieds, de l’avis unanime, la clientèle de ce type d’endroit se recrute parmi les « banlieusards minables ». Quelqu’un fait remarquer qu’on ne va pas dans un club de rencontres comme on va acheter son journal. « Il faut une bonne excuse, dit-il, comme par exemple dans le cadre du boulot. » Cela n’est pas pour me rassurer. Je demande au serveur de m’apporter une tequila.

Je me lève, Sam aussi. Un journaliste spécialisé dans la culture populaire nous donne un dernier conseil : « ça n’a rien de marrant, vous verrez, nous dit-il, bien qu’il n’ait aucune expérience personnelle en la matière. Sauf si vous vous imposez. Il faut maîtriser la situation. Créer l’événement. »

  La nuit des sex-zombies

  Le Trapeze est situé dans un bâtiment de pierre de taille recouvert de graffitis. L’entrée, discrète, est décorée de barres métalliques arrondies qui imitent l’entrée du Royalton Hotel. Un couple en sort comme nous entrons. En nous voyant, la femme se cache le visage dans le col de son manteau.

  Je lui demande : «C’est marrant ? »

  Elle me jette un regard horrifié et se rue dans un taxi.

  A l’intérieur, un jeune homme brun en polo de rugby est assis à un petit guichet. Il ne doit pas avoir plus de dix-huit ans. Il ne lève pas les yeux.

  « C’est à vous qu’on paye ?
  --- Quatre-vignt-cinq dollars par couple.
  --- Vous prenez les cartes de crédit ?
  --- Uniquement du liquide.
  --- Je peux avoir un reçu ?
  --- Non »

  Il nous fait signer des papiers nous engageant à avoir des rapports protégés. Il nous donne des cartes de membre temporaire, qui nous rappellent que prostitution, photos et enregistrements sonores sont interdits.

  Moi qui m’attendais à de la baise à toute vapeur, je vois d’abord des tables ; et c’est de là que montent des vapeurs, mais il n’y a personne autour. Au-dessus du fameux buffet chaud et froid, un écriteau : « Tenue correcte exigée pour les repas ». Ensuite, nous rencontrons le gérant, un barbu costaud en chemise à carreaux et jean que l’on imaginerait beaucoup mieux gérant d’un salon de toilettage pour chiens dans le Vermont. Bob --- c’est son nom --- nous apprend que si le club tient depuis quize ans, c’est grâce à sa « discrétion ». « Et aussi, parce qu’ici, quand on dit non, c’est non. » Il nous dit de ne pas nous en faire si nous nous sentons un peu voyeurs au début : la plupart des clients commencent comme ça.

  Et qu’ont vu les voyeurs que nous étions ? Ils ont vu une grande pièce tapissée d’un immense matelas pneumatique, sur lequel de rares couples avachis s’acquittaient assidûment de la tâche. Il ont vu une « chaise-à-baise » (inoccupée) qui ressemblait à une araignée. Une femme petelée en peignoir qi fumait, assise à côté d’un jacuzzi. Des couples au regard vide (La nuit des sex-zombies, ai-je aussitôt pensé.) Beaucoup d’hommes qui semblaient avoir du mal à ne pas se laisser dépasser par les événements. Et, surtout, ce fichu buffet fumant (qui proposait quoi ? des mini hot-dog ?). A part ça, hélas, rien de bien intéressant.

  Le Trapeze, c’est, comme disent les fraçais, l’arnaque.

Dès une heure du matin, tout le monde pliait bagage. Une femme en peignoir nous a appris qu’elle venait du comté de Nassau et qu’elle reviendrait le samedi soir. « Le samedi soir, nous a-t-elle, il y a smorgasbord. » Je ne lui ai pas demandé si elle parlait de la clientèle ou du buffet. Du buffet, j’imagine.

  Conversations cochonnes chez Mortimer

  Deux jour plus tard, à un déjeuner entre filles chez Mortimer, la conversation est venue, une fois de plus, sur le cule et ce que j’avais fait et vu au club de rencontres.

  « T’as pas trouvé ça super ? me demande Charlotte, la journaliste anglaise. Moi, j’adorerais aller dans un endroit de ce genre. ça t’a pas excitée de voir tous ces gens en train de forniquer ?

  ---Non ; dis-je en enfournant un canapé d’oeufs de saumon sur blinis au maîs.
  --- Pourquoi ?
  --- En fait, y avait rien à voir ?
  --- Et les hommes ?
  --- M’en parle pas : l’horreur. La moitié avaient des têtes de psy. Je ne pourrai plus jamais aller voir un psy sans penser à ce gros barbu tout nu, allogé par terre sur un tapis, les yeux vitreux, avec une femme qui le suçait pendant des heures sans arriver à le faire jouir. »

  Oui, dis-je à Charlotte, on s’est déshabillés --- mais on a gardé des serviettes. Non, on n’a pas fait l’amour. Non, je n’ai pas été excitée, même quand une grande et belle brune d’environ trente-cinq ans a fait sensation en entrant dans la salle. Elle a montré ses fesses en agitant son derrière comme une guenon ; quelques minutes plus tard, elle se perdait dans un enchevêtrement de bras et de jambes. J’aurais dû trouver ça sexy, mais ça m’a tout au plus fait penser à un documentaire animalier du National Geographic sur l’accouplement chez les babouins.

  La vérité, c’est que l’exhibitionnisme et le voyeurisme sont des tendances marginales. Comme le sadomasochisme, contrairement à ce que vous avez peut-être lu récemment. Le problème, dans les clubs, ce sont toujours les gens. On y rencontre des actrices en mal de contrat ; des chanteurs d’opéra, des peintres, des écrivains ratés. Des cadres moyens qui ne seront jamais cadres supérieurs. Des mecs qui, s’ils arrivaient à vous coincer dans un bar, vous bassineraient pendant des heures avec leurs histoires d’ex-épouses et leurs problèmes digestifs. Des gens qui ne trouvent pas leur place dans la société. Ils sont vaguement marginaux, dans leur vie sexuelle et dans leur vie tout court. Mais ce ne sont pas nécessairement les individus avec qui vous avez envie de partager vos fantasmes érotiques.

  Bon, d’accord, au Trapeze, tous les clients n’étaient pas des zombies grassouillets et pâlichons. Avant de quitter le club, Sam et moi sommes tombés, dans les vestiaires, sur la femme qui avait tant attiré l’attention ; elle était avec son partenaire, un homme aux traits réguliers, très américain. Plutôt bavard, il nous a appris qu’il était de Manhattan et venait de monter sa propre affaire. La femme et lui étaient collègues. Tandis qu’elle enfilait un tailleur jaune, il nous dit en souriant : « Ce soir, elle a enfin assouvi son fantasme. » Elle lui a jeté un regard noir et elle est sortie d’un air digne.

  Quelques jours plus tard, Sam m’appelle. Aussitôt, je commence à l’engueuler. Toute cette histoire, c’est bien moi qui en ai eu l’idée, non ? proteste-t-il.

  Puis il enchaîne : n’ai-je rien appris ce soir-là ?

  Si, lui dis-je. J’ai appris que, question baise, rien ne vaut son petit chez-soi.Mais tu le savais déjà, non ? Hein, sam ?

  第二部:Swinging Sex ? I don’t think so....

  • 哇咔咔,第二部的话题是很火辣的那种啦torride baise(火热的性爱)……讨论的是纽约的“性爱俱乐部”(club de rencontres, club porno, e.x. copuler avec les inconnus...)嗯,比较赤裸也比较尖锐。其实读完会发现,作者是不颂扬这种方式的。
  • 首先一大段呢,说的就是有一天“我”接到一个男性朋友的电话,告诉“我”他去了一个叫Trapeze的俱乐部,然后引发了作者的兴趣。
  • Tout a commencé comme d’habitude, c’est-à-dire plutôt innocemment.一切都是像往常一样不经意间开始的clubs sado-maso SM俱乐部
  • Sallie Tisdale《Talk Dirty to Me》是一个美国的雅皮主义女作家,颂扬换妻俱乐部,不过作者引用她的一段话看出来她不赞成这种性爱俱乐部。

  Femmes bordéliques et chaussettes montantes

  • 这一段是在Karl Lagerfeld餐厅的晚餐中,大家(un hotelier, un artiste, moi, Sam晚餐后将和我一起去俱乐部考察的男伴,因为俱乐部只接受异性恋情侣etc...)开展的一轮讨论,Apparemment, tout le monde aime parler cul(所有的人都喜欢谈性,cul好像就是法语中的sex的意思吧。)
  • 插一个小故事,我的一个法国朋友,小男生,指着他自己的照片说自己是petit joli cul :::好像法国年轻人之间有时候会拿这个来开玩笑,说自己小PP漂漂,记住,petit joli cul一定要快速发音才有效果,哇咔咔~~~
  • Revenons à nos moutons, 这个小节前一小部分说到了男人对Femme implantée(这里指做过隆胸手术的女人)的看法。从Round suivant开始呢讨论的就是Femme bordélique(意思是)是不是比一般女人meilleure au lit(不翻出来了,大家意会……)
  • 而后在我要了一杯tequila酒后,我们向Trapeze出发了。

  La nuit des sex-zombies

  • “我”和Sam来到了俱乐部,描写了我们买票进门的经过,而后遇见了俱乐部的gérant Vermont Bob,侧面描写了里头的自助餐,借此表达一种负面的感觉加讽刺的效果吧。

  Conversations cochonnes chez Mortimer

  • Conversation cochonnes意思是“色情的谈话”,原文是dirty conversation吧。两天后,在Mortimer餐厅(这也是纽约年情男女们终情的比较热门的餐厅,可能相当于“上岛”?或者更高级别的,呵呵),Charlotte追问“我”去club的感觉,从“M’en parle pas”开始就是“我”真正写出那天在club里看到的一些恶心的baise的场面……说看起来就像“国家地理这种节目里猩猩们交配动物记录片”。
  • 分析了一下大部分会到这里的人都是些生活失意者……
  • 然后那天在试衣间遇到一个正常男人和他的女伴,作者是想说,除了一些失意者会来,还有一些“探险者”,那个女伴就是那种想在俱乐部中测测自己魅力的人吧。
  • 结尾是说Sam给“我”打电话,我抱怨一通后,Sam提醒了“我”,一开始,都是“我”自己想去的,嗯,关于baise这点问题,还是在自己的家里最好(rien ne vaut son petit chez soi !)
相关资讯:
网站导航:
 四六级 指南 动态 经验 试题 资料  托福 指南 动态 经验 留学 备考
 雅思 指南 动态 机经 经验 辅导  公共英语 指南 动态 备考 试题 辅导
 日语 就业 辅导 留学 考试 报考  法语 资料 文化 考试 留学 辅导
 韩语 入门 口语 阅读 留学 文化  西语 辅导 资料 考试 留学 风采
法语零起点
200元/门
精讲法语知识,提升综合能力
课时数:20课时
实用法语
100元/门
讲解会话词汇,打通听说障碍
课时数:5课时
学员 neiawl:
因为身体的原因,两个月没有去学校上课。可是法语课自学真的很难,还要期末考试,头都大了。还好报了外语教育网的课,前些天开学查了成绩,法语课居然过了。真的要感谢网校的王程老师,没有您的讲解与帮助,我也许真的就挂科了。
学员 cbeik:
从看《天使爱美丽》开始喜欢法语,但教授法语的机构寥寥无几,尤其是在保定这样的中小城市。从论坛上看到了外语教育网的法语课程,于是听了听,真是令我喜出望外。不仅老师讲得好,价格也很便宜,很喜欢这门课程!
学员 ngwr479:
感谢王程老师,通过学习您的课程,我的法语提高了很多。祝愿老师身体健康,万事顺利!
学员 iruytiw:
学习了外语教育网法语零起点课程,才知道原来法语可以这么轻松的掌握。网校的法语辅导资料很全面,每天清晨最重要的事情就是关注法语栏目,学习法语。感谢网校的大力帮助!
学员 ghjsdfg:
法语王程老师讲课真地道,我以后就在外语教育网学习啦!
学员 yubabuneng1:
真是轻松活泼,生动有趣,让人欲罢不能的法语课程。这4个多月来,几乎每天早晨都伴随着王程老师甜美的声音去上班,原来学法语也可以这么有趣!哈哈,决定继续坚持下去,到今年年底,一定会取得更大的成绩!加油!!!
学员 fayuduyin:
我觉王程老师讲的真不错。这两个月的课余时间全花在法语读音上了,感觉收获很大,过得很充实。我还会继续把法语学下去的,大家都要加油。
学员 fayuwe:
 都说法语是世界上最美的语言,所以我报了法语零起点班学习法语。学起来才知道,法语真的很难。不过好在王程老师讲得很好,很细致,发音也好听,就像在念诗一样。真的很感谢王程老师,愿你越来越美,网校越来越好。
版权声明
   1、凡本网注明 “来源:外语教育网”的所有作品,版权均属外语教育网所有,未经本网授权不得转载、链接、转贴或以其他方式使用;已经本网授权的,应在授权范围内使用,且必须注明“来源:外语教育网”。违反上述声明者,本网将追究其法律责任。
  2、本网部分资料为网上搜集转载,均尽力标明作者和出处。对于本网刊载作品涉及版权等问题的,请作者与本网站联系,本网站核实确认后会尽快予以处理。
  本网转载之作品,并不意味着认同该作品的观点或真实性。如其他媒体、网站或个人转载使用,请与著作权人联系,并自负法律责任。
  3、本网站欢迎积极投稿
  4、联系方式:
编辑信箱:for68@chinaacc.com
电话:010-82319999-2371